Actualité

Business is Showbusiness − visite chez BASF

Comme nous avons pu le constater lors de l'assemblée générale de BASF, en Allemagne aussi c'est un cocktail fait de show, de démonstration de force, de rituels et de spectacle qui est servi aux actionnaires – sans oublier un buffet bien garni. Mais il y a des particularités intéressantes.

Une assemblée d'actionnaires est mise en scène et revêt nombre d'aspects théâtraux. Il n'est donc pas étonnant que Brigitte Biehl, une spécialiste allemande du théâtre, ait écrit un ouvrage sur le sujet sous le titre «Business is Showbusiness».

ACTARES chez BASF

ACTARES a pris part à l'assemblée générale 2010 de BASF à Mannheim en compagnie de Markus Dufner, secrétaire de l'association faîtière des actionnaires critiques en Allemagne, dont les interventions ont porté sur la pomme de terre OGM Amflora et sur la transformation d'actions au porteur en actions nominatives. Notre présence était liée à la question du maintien de places d'apprentissage à Grenzach près de Bâle, suite à la reprise de Ciba par BASF. Ce fut aussi l'occasion d'observer ce qui différencie les assemblées d'actionnaires en Allemagne et en Suisse.

Même scénario, autres règles du jeu

La mise en scène des personnes représentant l'entreprise, la composition du public, les rituels et les résultats des votes, quasi unanimes, sont comparables. Sur l'estrade sont assis les membres de la direction, ainsi que les douze membres du Conseil de surveillance, dont la moitié représentent le personnel (une seule femme!). Des actionnaires, des hommes pour la plupart, interviennent de manière plus complète qu'en Suisse. Comme chez nous, ces interventions, aussi véhémentes soient-elles, n'ont que peu d'influence sur les résultats des votes. Le buffet est donc déjà ouvert pendant l'assemblée, et les discours sont retransmis dans les autres salles.

Vote électronique

Depuis que le vote par internet est possible en Allemagne, la participation aux votes a augmenté, ce qui est aussi prévu en Suisse, dans le cadre de la révision du droit de la société anonyme.

Le cœur du problème

Les réponses se ressemblent de part et d'autre de la frontière. Les entreprises savent exploiter les interventions critiques pour se présenter sous un jour favorable. La question de la suppression de places d'apprentissage a reçu une réponse se félicitant d'abord des conditions de formation dans 16 pays et plus de 50 professions. Le fait que les formations de laboratoire aient disparu à Grenzach au profit des professions techniques ne peut pas constituer une justification acceptable.

Business is Showbusiness, Brigitte Biehl, Campus Verlag 2007, ISBN: 978-3-593-38472-6

www.kritischeaktionaere.de