Flash du mois

Personne du mois

Dans une interview à Inside Paradeplatz, le professeur Marc Chesney, directeur de l'Institut bancaire et financier de l'Université de Zurich, se montre très sévère à l'égard des grandes banques d'aujourd'hui. Réflexions sur ce sujet de Rudolf Meyer, membre fondateur d'Actares.

Il explique clairement pourquoi les derniers scandales et les milliards de pertes du Credit Suisse (CS) ne sont qu'un nouvel épisode de la crise permanente de l'économie de la finance casino.

Une trentaine de banques dans le monde exploitent ce casino, dont deux en Suisse. Elles se sentent en sécurité car leur effondrement causerait de grands dommages au reste de l'économie : to big to fail. L'Etat, par ailleurs décrié, devrait alors intervenir. Ces grandes banques violent un principe fondamental du libéralisme : qui prend des risques doit en assumer les conséquences.

A la question de savoir si le CS avait besoin de l'aide de l’Etat, il a répondu que ce pourrait être bien, mais qu'on ne pouvait le savoir. Les grandes banques seraient une boîte noire, dont beaucoup de choses pourraient sortir à tout moment.

Marc Chesney relève quatre aspects qui ont conduit directement à la crise : l'effet de levier (la dette), les produits dérivés (les paris), les rémunérations grotesques et une grande arrogance. L'effet de levier sert à déplacer d'énormes sommes avec des montants relativement faibles. Les produits dérivés sont en fait des produits financiers utiles pour se couvrir contre des risques. Mais selon le rapport annuel, seuls 0,1 % des produits dérivés au CS sont des opérations de couverture. Les 99,9 % restants sont des paris !

Il ne manque pas d'exemples de rémunérations grotesques et de personnes arrogantes convaincues d'être plus intelligentes que les autres. Brady Dougan a été CEO du CS pendant huit ans. Pendant cette période, il a touché près de 160 millions, alors que le cours de l'action CS chutait de 70 % ! Pour Marc Chesney, les managers qui ne sont pas satisfaits d'un million sont un danger pour le pays et ne sont pas faits pour ces tâches.

Cliquez ici pour le Interview Inside Paradeplatz en allemand

Aussi recommandé: Podcast der Republik en allemand