Plus

Analyse d’ACTARES sur les procès-verbaux des assemblées générales : réactions

ACTARES a analysé pour les entreprises du Swiss Market Index l’exhaustivité des comptes-rendus de leurs assemblées générales, et comment elles facilitent leur accessibilité. Quelques entreprises ont pris position sur les résultats de cette étude.

Questionnée par le journal 20 Minuten (article en allemand), Novartis a promis de prendre cette critique en considération. UBS s’est déclarée à 20 Minuten « ouverte à des modifications » et a précisé que l’assemblée générale était transmise en direct sur le net (pour l’AG 2013, cependant, l’enregistrement n’est plus disponible sur le site). Swatch en est restée de manière détournée au service minimum: “on peut confirmer qu’après chaque AG un procès-verbal de décisions est dans la foulée communiqué à la bourse”. (ACTARES préférerait de loin un procès-verbal détaillé, relatant les diverses interventions, rendu public sur le site internet).

Nestlé a fait référence à sa prise de position de l’an dernier communiquée à ACTARES: le procès-verbal détaillé peut être consulté au siège de la société et les actionnaires peuvent se faire envoyer à domicile un extrait concernant leur intervention. Pour justifier sa réticence à la diffusion au public de procès-verbaux détaillés, Nestlé met en avant son souci de préserver la sphère privée des actionnaires. La société rappelle par ailleurs qu’un résumé du procès-verbal est publié sur l’internet quelques jours après l’assemblée générale.

Julius Bär a communiqué, sur la même ligne que Nestlé, qu’un procès-verbal peut être consulté au siège de la société. L’entreprise est d’avis qu’avec les décisions de l’assemblée générale et les présentations du président du conseil d’administration et du CEO, l’essentiel était rendu public. Mais on prend en considération, pour l’avenir, de mettre à disposition sur le site internet un procès-verbal résumé, élargi au-delà des seules décisions de l’assemblée.