Actualité

Le retour de l’actionnariat indirect

Succès pour la campagne «PensionFairVote», clôturée le 11 octobre. Soixante caisses de pensions ont été interrogées, avec des résultats qui ont de quoi surprendre. La responsabilité de l’actionnariat indirect revient sur le devant de la scène, et les médias sociaux ouvrent des perspectives prometteuses.

En mai 2015, Actares et le bureau Pol.éthique ont lancé la campagne «PensionFairVote» – l’intitulé en anglais servant de sabir pour rappeler aux caisses de pensions leur mission de voter dans l’intérêt des assurées et assurés.

Mobilisation de l’actionnariat indirect
Près de six mois plus tard, c’est un bilan réjouissant qui peut être tiré. Grâce aux 126 personnes qui ont participé à la campagne, 62 caisses de pensions ont été interpellées. Si ce nombre n’est pas exhaustif, l’échantillon est suffisant pour dévoiler un panorama des 
différentes pratiques. Une réussite incontestable pour cette démarche qui permet aux personnes qui sont 
actionnaires indirectement, au travers de leur épargne du deuxième pilier, d’exercer leur responsabilité.

Des résultats intéressants et préoccupants
La première question portait sur l’exercice de leur droit de vote d’actionnaire à propos de la fusion entre Holcim et Lafarge. L’ordonnance contre les rémunérations abusives prévoit que les institutions de prévoyance votent «dans l’intérêt des assurés» (art. 22). Trois quarts des caisses qui ont participé au vote ont refusé et un quart a accepté. Ces différences d’interprétation 
devraient conduire à des discussions dans le monde de la prévoyance professionnelle. «L’intérêt des assurés» change-t-il d’une caisse à l’autre?

La seconde question portait sur l’existence de critères de durabilité applicables aux investissements. La situation est là aussi contrastée: trois cinquièmes des réponses sont négatives, dans deux cinquièmes positives. La prise de conscience ne fait que débuter.

Les nombreux refus de répondre sont bien plus préoccupants: l’obligation d’informer est bien fixée dans l’ordonnance, mais les caisses de pensions sont manifestement loin d’appliquer les nouvelles dispositions légales. Une situation inadmissible.

Tester les médias sociaux
Volontairement, aucune communication n’a été adressée aux médias pour annoncer le démarrage de 
«PensionFairVote». L’occasion était trop belle de tester l’efficacité des médias sociaux à diffuser l’information et susciter l’adhésion. Actares se réjouit de la réussite de l’opération; pour les actionnaires indirectes et indirects, de belles perspectives s’ouvrent ainsi.

Résultats
Pol.éthique