Actualité Communiqués de presse

UBS, qui s’autoproclame leader dans la finance durable, ne présente toujours pas de calendrier clair pour son retrait de l’industrie liée au charbon

Actares est heureuse d’apprendre qu'UBS a pu augmenter de manière significative ses bénéfices, malgré la situation économique générale extrêmement difficile due à la pandémie du COVID-19. Cependant, Actares s'intéresse également aux bénéfices durables et attend une plus grande coresponsabilité de la grande banque dans la résolution des défis sociaux et climatiques. Des questions importantes restant sans réponse, Actares refusera d'accorder la décharge lors de l'Assemblée générale annuelle.

Actares – actionnariat pour des entreprises responsables – salue l’ambition d’UBS de se positionner comme leader mondial de la finance durable et comme un modèle dans sa branche d’activité en matière de pratiques commerciales durables (Sustainability Report 2020, page 11). La crise climatique reste toujours présente et aura des conséquences à plus long terme que le COVID. Le secteur financier doit assumer sa part de responsabilité pour réussir à limiter le réchauffement climatique à 1,5° degrés. Ce qui signifie que la durabilité ne doit pas seulement être comprise comme une opportunité commerciale, mais qu’elle doit aussi se refléter dans la stratégie de la banque et être vécue de manière effective dans toute la banque.

Il y a encore beaucoup d’améliorations à apporter, notamment dans le domaine du financement des «combustibles fossiles», pour qu’UBS puisse être considérée comme un modèle. En effet, dans un récent briefing pour les investisseurs publié par ShareAction, UBS a été classée 13ème sur 25 banques européennes pour sa politique en matière d’énergie liée au charbon. C’est inquiétant, surtout si l’on considère qu’UBS a augmenté son financement dans les mines de charbon en 2020, selon le récent rapport du Rainforest Action Network.

En outre, UBS n’a pas encore fourni d’informations sur sa sortie du secteur du charbon, ce que certains de ses pairs, comme le Crédit Agricole, ont déjà fait. Si certains des progrès réalisés par la banque en introduisant des critères d’exclusion modérés pour les centrales électriques au charbon sont les bienvenus, il est de première importance qu’UBS apporte plus de clarté et de transparence sur l’industrie du charbon. Cependant, il est extrêmement important qu’UBS fasse preuve de plus de clarté et de transparence concernant les exceptions pour les clients ayant une stratégie de transition.

D’une manière générale, Actares et ShareAction regrettent l’absence de règles claires et globalement applicables et ont donc demandé au Conseil d’administration, à l’occasion de l’assemblée générale du 8 avril 2021, qui sera diffusée en direct sur internet, de répondre aux questions suivantes :

La politique commerciale actuelle d’UBS est-elle compatible avec l’objectif des 1,5° degrés de réchauffement climatique ?.

Si ce n’est pas le cas, quand des mesures appropriées seront-elles introduites ?.

Quand la banque établira-t-elle un calendrier montrant clairement quand elle veut se retirer de l’industrie du charbon ?.

Quelles sont les attentes d’UBS quant aux stratégies de transition de ses clients ?.

UBS s’engage également à respecter et à promouvoir les droits humains dans toutes ses activités commerciales. Il serait souhaitable qu’UBS fixe les repères pertinents à un niveau élevé et qu’elle soit aussi perçue à cet égard comme un «leader». Des questions se posent notamment en raison des activités commerciales en Chine et de la pression croissante des États-Unis et de l’Europe. Actares aimerait savoir de la part de son Conseil d’administration comment UBS se positionne par rapport aux conflits entre les réglementations locales et le respect des droits humains, et comment elle s’assure qu’aucun dommage à sa réputation dans le monde ne se produise à cet égard.

Sur les thèmes relatifs à la durabilité (en particulier pour la protection du climat), trop de questions restent ouvertes : pour cette raison, Actares n’accordera pas la décharge au Conseil d’administration.

Responsabilité – tout à fait à sa place en cas de crise

Actares rappelle à UBS sa responsabilité sociale, et notamment les promesses faites dans le cadre de l’octroi des prêts COVID-19 garantis par les pouvoirs publics. Enfin, les actionnaires responsables invitent UBS à se comporter avec modération, en particulier aussi en ce qui concerne sa politique de rémunération.