Actualité Communiqués de presse

Zurich: en pointe dans la fixation des objectifs, mais leur mise en œuvre mériterait d'être améliorée

Actares - actionnariat pour une économie responsable - salue les nombreuses mesures et initiatives rendues publiques par Zurich au sujet de sa politique climatique et environnementale. Dans le même temps, Actares demande une forte amélioration dans leur mise en œuvre concrète. L'organisation s'attend aussi à ce que ces mesures et initiatives soient ancrées dans la politique d'entreprise et de rémunération.

Actares salue les nombreuses et importantes avancées annoncées par Zurich en 2019 dans sa politique climatique et environnementale. Parmi celles-ci figurent en juin 2019 les extensions aux thèmes du charbon, des sables et schistes bitumineux de la stratégie d’investissements et de souscriptions. Pour Actares, il est très louable que Zurich se soit associée en 2019 au UN Global Compact Business Ambition Pledge , à la Net-Zero Asset Owner Alliance et à d’autres initiatives internationales.

En revanche, Actares estime que la concrétisation des directives internes et des initiatives externes dans les politiques d’entreprise et de rémunérations mérite d’être fortement améliorée. A titre d’exemple, on peut citer le rôle de Zurich comme assureur principal dans le projet d’expansion de plusieurs milliards du pipeline canadien Trans Mountain. Avec les adaptations de ses directives internes de juin 2019, Zurich s’engage à renoncer aux entreprises, respectivement aux projets, dont le chiffre d’affaires provient pour plus de 30% de l’extraction de pétrole de sables bitumineux, ainsi qu’aux entreprises d’infrastructures qui se consacrent au transport de produits issus de sables bitumineux.

Dans le pipeline Trans Mountain existant sont transportés du pétrole traditionnel, des produits pétroliers raffinés et du pétrole provenant de sables bitumineux. Quant à l’oléoduc prévu, il devrait transporter principalement du pétrole lourd et des produits issus des sables bitumineux de l’Alberta vers la Colombie-Britannique. On peut s’attendre ainsi au triplement des volumes actuels. Ce projet d’expansion est en contradiction flagrante avec les directives annoncées et aurait un impact sur la hausse des températures mondiales pendant des décennies. En outre, l’environnement et la société locale (en particulier la population indigène) seraient exposés à des conséquences et des risques imprévisibles.

Actares insiste pour que Zurich se retire de ce projet d’expansion, qui favorise encore davantage l’une des sources d’énergie les plus contestables sur le plan climatique et environnemental, et est en contradiction avec ses directives internes et alliances externes - Zurich s’expose ainsi à un risque massif de réputation à long terme.

D’autre part, Actares demande que dès que possible la prise en considération d’objectifs de durabilité soit intégrée dans la politique de rémunérations. Pour éviter des contradictions entre les directives, les initiatives, les objectifs de durabilité à long terme d’une part, et les stratégies de gestion des affaires vécues dans le concret d’autre part - comme dans le cas du pipeline Trans Mountain - le système d’incitations doit être revu si possible prochainement.

Dans les situations de conflit entre profit et durabilité, la règle qui devrait s’appliquer, en particulier dans les projets à haut risque, c’est de privilégier en cas de doute la durabilité et la réputation.