Actualité Communiqués de presse

Eau, cacao, plastiques: Nestlé est-elle à la hauteur de ses engagements?

Nestlé se fixe à elle-même des objectifs ambitieux quant à la gestion responsable de ses activités - mais lors leur transposition dans la pratique, ceux-ci ne sont pas toujours atteints. Lors de l'assemblée générale, Actares demande des mesures plus efficaces.

Nestlé s’engage toujours à se comporter de manière responsable avec ses fournisseurs et les populations locales - mais des conflits d’intérêts ou des illégalités continuent de survenir. L’an dernier, Actares a mis en lumière des conflits au sujet de prélèvements excessifs d’eau aux États-Unis et au Canada. Aujourd’hui, le conflit avec la population de Vittel, en France, a repris de plus belle. Actares aimerait savoir si Nestlé est prête à accepter une expertise indépendante de ces conflits, afin que les intérêts des parties prenantes locales soient mieux pris en considération.

Avec le cacao, Nestlé fait deux pas en avant et un pas en arrière. L’an dernier, Actares a félicité l’entreprise pour les progrès réalisés dans sa politique d’approvisionnement. Mais cette année, des médias ont révélé que Nestlé achète du cacao cultivé illégalement. Actares demande si Nestlé veut enfin sérieusement s’assurer de la traçabilité de ses achats de cacao et, comme promis, rendre bientôt publiques ses sources d’approvisionnement.

Enfin, Actares souhaite en savoir plus sur le Nestlé Institute of Packaging Sciences annoncé. Quels sont ses objectifs ? Quelles sont les moyens mis à sa disposition ?

Dans le domaine de la Gouvernance, Nestlé prête toujours le flanc à la critique. Pour Actares, les rémunérations du Président du conseil d’administration et du Directeur général sont excessives. Le Directeur général ne devrait pas faire partie du conseil d’administration, et l’élection au CA et à la présidence devrait faire l’objet de votes distincts. Sur ces points, Actares refusera donc les propositions du conseil d’administration.