Actualité Communiqués de presse

Obligations vertes ou charbon: où en est Credit Suisse?

Dans sa "Déclaration sur le changement climatique", Credit Suisse reconnait devoir participer à la lutte contre le changement climatique. Mais que fait concrètement la banque? Lors de l'assemblée générale, Actares - actionnariat pour une économie durable - demande plus que des paroles: des actes.

En comparaison européenne, Credit Suisse est le troisième bailleur de fonds des entreprises dont l’activité repose sur les combustibles fossiles. Actares se félicite que Credit Suisse désire se profiler comme un leader dans l’offre d’investissements durables. Mais si la banque continue à financer à hauteur de milliards de francs des entreprises dont l’activité est basée sur les combustibles fossiles, c’est tout à fait contradictoire.

Financement dans le charbon: il est temps de changer de cap
Actares - actionnariat pour une économie durable - demande à Credit Suisse d’adapter ses directives internes à l’Accord de Paris. Cela signifie que les financements de la banque doivent être compatibles avec les exigences du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), afin de maintenir le réchauffement climatique en dessous de +1,5°C. D’autres banques, et en particulier des compagnies d’assurance, ont déjà réagi : Swiss Re, par exemple, a considérablement renforcé ses directives internes pour le financement des entreprises charbonnières. Quand le Credit Suisse suivra-t-il ?

Droits de l’homme : conséquences après la rupture d’un barrage au Brésil?
Le 25 janvier 2019, trois ans seulement après la rupture d’un barrage de la société minière Samarco Mineracao (une coentreprise de Vale et BHP), le Brésil a une fois de plus connu une grande tragédie dans l’industrie minière. Le barrage de la firme Vale s’est rompu dans la municipalité brésilienne de Brumadinho et la coulée de boue qui en a résulté a détruit des zones habitées et coûté la vie à 306 personnes (dont 100 sont toujours enterrées). Credit Suisse détient une participation de 40,49 millions d’euros dans Vale (avril 2019). Qu’a fait la banque après la première catastrophe ? Et après la deuxième ? Que faut-il pour que le Credit Suisse se retire du financement d’une entreprise comme Vale ? Actares, au nom du Réseau International des victimes de Vale, demande des explications.