Dossiers

Huile de palme : Nestlé doit intensifier son engagement pour améliorer les conditions de travail dans les plantations

Actares – actionnariat pour une économie durable – se réjouit des efforts de Nestlé dans les domaines des droits de l’homme et surtout de l’environnement. Il faut saluer son engagement dans la lutte contre la pandémie du Covid-19, sur toute la chaîne de production, son soutien financier et sa collaboration avec le CICR. Pourtant, Nestlé doit intensifier son engagement pour des conditions de travail équitables dans les plantations de palmiers, notamment quant au travail des enfants.

Cette année, les actionnaires n’ont en raison de la pandémie du Covid-19 pas la possibilité de s’exprimer lors des assemblées générales des entreprises. C’est donc par ce communiqué que Actares fait état de ses préoccupations, notamment auprès des actionnaires de Nestlé et de sa direction.
Dans son rapport «Created Shared Value 2019», Nestlé se targue de ses efforts en matière de droits de l’homme et surtout de l’environnement. Cependant, il a souvent fallu que des scandales éclatent pour que les situations évoluent, comme dans le cas de sur-pompage à Vittel. Pour ce qui concerne l’huile de palme, le rapport établi par Solidar, l’organisme suisse qui lutte pour des conditions de travail décentes, la participation démocratique et la justice sociale, soulève de nombreux problèmes.
Selon Solidar Suisse, les travailleurs, en Malaisie, sont à la merci des exploitants dans les plantations de palmiers à huile où Nestlé se fournit, et le travail des enfants et le travail forcé sont très répandus. Certes Nestlé a publié la liste de ses fournisseurs, mais la compagnie a aussi mis au point un système grâce auquel elle se décharge sur ses ceux-ci de la responsabilité de la mise en œuvre de ses recommandations en matière de respect des droits humains, de ceux des travailleurs et de l’environnement, ce qui est très contestable.
Il ne suffit pas de dire que Nestlé se repose sur l’engagement de ses fournisseurs quant au respect de ses propres directives émises, sans contrepartie financière et en se limitant à un nombre d’audits très restreint. Il est donc urgent que Nestlé intensifie son engagement en faveur de conditions de travail équitables dans les plantations et que la transparence règne dans ce domaine. Les aspects sociaux de la durabilité sont indissociables de ses aspects environnementaux, ce que nous rappelle l’actualité.

Actares demande que les engagements pris en matière de droits de l’homme et surtout du travail des enfants, de droits des travailleurs et de l’environnement soient respectés sur toute la chaîne de valeur, depuis la fourniture des matières premières jusqu’à la mise sur le marché des produits finis.